Patrimoine - Commune de Garat

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Patrimoine

Histoire / Patrimoine
Une église 

SAINT PIERRE AUX LIENS : 
Dans le vieux bourg de GARAT, l'Eglise romane du XIIème et XVI ème siècle dédiée 
à St-Pierre aux Liens, comporte un pignon, côté rue, classé à l'inventaire des monuments historiques.
Son clocher est supporté par une tour carrée à deux étages et à fenêtres plein cintre.






Des châteaux

La Tranchade (privé) 
Ce monument historique classé pour son donjon constitue l'un des plus beaux exemples 
de l'architecture militaire de la guerre de Cent Ans.
Au XIIème siècle, le domaine appartenait aux moines de St-Cybard. A l'emplacement 
du château actuel le promontoire fortifié abritait une petite garnison qui servait de sentinelle pour prévenir les seigneurs d'Angoulême de l'arrivée des ennemis. 
Le donjon, l'un des mieux conservé de Charente fut élevé vers 1396. La seigneurie appartenait alors aux seigneurs de Pressac. 
Au XVème siècle, un membre de la famille de St-Gelais en devint propriétaire, puis 
de 1573 à 1666 elle passa aux mains 
de la famille Nesmond qui ajoutèrent 
les deux ailes Renaissance ainsi que 
la porte fortifiée. Pendant "la Fronde" durant l'enfance de Louis XIV, le chateau fut occupé pendant quelques mois par les Frondeurs. 

Enfin en 1667, la famille Normand de Puygrelier acquit La Tranchade qu'elle conserva jusqu'en 1929.
Cette famille qui devait sa noblesse aux hautes fonctions qu'elle avait remplies à la mairie d'Angoulême changea alors son nom en celui de La Tranchade. Aujourd’hui, il appartient 
à la famille De LORGERIL qui en assure la conservation et qui est heureux d’y accueillir 
les visiteurs lors des journées du patrimoine ou lors des manifestations organisées par
 le Pays d’art et d’histoire de l’Angoumois.  Près de Ste Catherine, sur la route de Dirac, joli point de vue sur le Château.
 
Chément (privé)
Situé au sommet d'une colline qui domine la vallée de l'Echelle. Construction typiquement néo-classique de la fin du XVIIIème, début XIXème siècle. Au château est né le 12 Août 1753 Nicolas Dubois de Chément, inventeur en 1790 des dents artificielles en porcelaine.


Des sites de caractères
Les Bournis (privé)  
Ancien fief appelé autrefois "le Dognon". Un vaste et beau  portail s'ouvre sur la cour 
où on peut remarquer un très grand bassin circulaire alimenté par les eaux pluviales. 
Les bâtiments actuels  datent  de la fin du XVIIIème siècle.

L’Ermitage (privé) 
Le Docteur Jean Bouillaud y naquit le 16 septembre 1796. Il fut l'un  des plus célèbres médecins du siècle dernier. Bouillaud découvrit le rhumatisme articulaire aigu et conquit l'une des premières places en cardiologie. Il mourut en 1881 et sa statue fut érigée sur 
une place d'Angoulême portant son nom.
La demeure, ancienne tuilerie, est aujourd'hui appelée l'Ermitage car la fille du Dr Bouillaud, chanoinesse d'un  ordre religieux, décida d'y construire en 1900 une importante chapelle néo-gothique.
 
Des anciennes tuileries
On trouve des fours à chaux et d'anciennes tuileries à Chément, La Croix, Denat 
et les Grandes Tuileries (privées). Sous l’égide de la communauté de communes, la tuilerie de NIOLLET devrait reprendre vie : aujourd’hui une œuvre d’un artiste est installée 
dans l’ancienne carrière d’argile. 
 
Des moulins à eau et des lavoirs
Autrefois les moulins construits sur les biefs des rivières avec des chutes de 2 à 3 mètres assuraient la mouture des céréales (Moulin du Bas Arsac) et la fabrication de l'huile de noix.
Datant de l’époque de Napoléon III, les lavoirs construits pour la salubrité publique jalonnent les cours d’eau et fontaines de la commune. Les plus célèbres sont ceux du Moulin Barret, des Grandes Tuileries et de la Brousse.
 
Les vallées de l'Échelle et de l'Anguienne
 L'Échelle prend sa source au-delà de Dignac. Elle est alimentée principalement par 
les sources et nappes phréatiques des forêts de Dirac et d'Horte. Elle se jette dans
la Touvre à la Font de Lussac après avoir mêlé ses eaux à la résurgence de la Lèche. 
Le réseau hydraulique de l’Echelle comprend le moulin d’Etaules, le moulin de Planche Meunier, du Picard, de Baillarge, des Grands moulin, du Bas Arsac.
 
L'Anguienne prend sa source au Boisseau et se jette dans le fleuve Charente. Sa vallée 
a été occupée par les hommes de la préhistoire. Elle était appelée au 12ème siècle "Terre de PRUS". L’Anguienne alimente le Moulin de la Pue au village du Moulin Barret, 
le Petit Moulin qui devint une tréfilerie à la fin du 19ème siècle, le Moulin de Baloge,
le Moulin du Got.
 
La foret domaniale de Bois Blanc
Située à l'Est de Garat, la forêt domaniale est essentiellement constituée de feuillus 
et comporte de très beaux sentiers appréciés des randonneurs et promeneurs. 
Point culminant à 164 mètres.

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu